Final Fantasy XII

Forum RPG regroupant tout les mondes des Final Fantasy. Celui ci sera consacré au monde de Final Fantasy XII
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre malvenue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elowan Elfée Ondore

avatar

Masculin Nombre de messages : 14
Age : 24
Localisation : Plaine d'Ozmone
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Une rencontre malvenue   Sam 18 Déc - 21:55

Le vent qui c'était levé sur les plaines de Giza semblait s'être calmé lorsqu'ils arrivèrent sur Ozmone, car désormais une brise plus douce presque chaude caressait le visage de l'héritier, projetant des mèches dorés sur son visage. Il n'avait jamais cru aux présages populaires, pour lui tout ce qui appartenait au domaine météorologique se liait évidemment au climat, et non à des idées toutes faites et donc à de la superstition. C'était son côté lucide et pointilleux qui ressortait de façon tout aussi évidente. Mais il avait beau se répéter que ce genre de choses étaient impossibles et irrationnels , que certaines impressions appartenaient plus à un folklore très riche qu'à autre chose, il ne pouvait néanmoins ignorer cette étrange impression qui nouait son ventre depuis le départ du village. A croire qu'une chose importante allait se passer ...

* bon sang, mais à quoi je pense ...*


Elowan continua alors son chemin comme si de rien n'était, ignorant comme il le pouvait cette mauvaise sensation. Puis il regarda Elwing, apparemment toujours d'aussi mauvaise humeur. Le fait de repenser à leur mésaventure matinale le fit de nouveau sourire, oubliant ainsi une part de son appréhension. Elwing remarqua aussitôt son air moqueur et réagit en conséquent, puis d'une façon asses surprenante ils débouchèrent sur une discussion simple. Elle évoqua rapidement son frère puis garda aussitôt le silence à cette évocation. Une ambiance amère plana entre les deux. Mais avant que le silence s'installe définitivement, un bruissement se fit entendre :

- Tiens tiens... mais qui est-ce ?

Déclara soudainement une voix chantante et sifflante derrière eux. Tandis qu'Elowan et Elwing se retournaient pour voir le voir le visage de leurs interlocuteurs, ils constatèrent qu'un groupe d'hommes c'étaient avancés vers eux. Parmi eux, deux Seeqs, un hume et un vangaa qui venait de prendre la parole et qui semblait par l'aura menaçante qu'il dégageait, être le chef de ce petit groupe. Le vangaa dévisagea Elowan de la tête aux pieds tout en émettant un sifflement satisfait, puis il déclara de la voix la plus hautaine qu'il soit :

- Ce visage et ses yeux… je connais cette face arrogante et souillée. Ma mémoire ne me trompe jamais …. tu es le fils de cette chienne de la résistance.

Jusqu'ici, Elowan avait toujours sorti une petite dague fine et légère afin de pas abimer Airsword, qu'il gardait généralement pour les combats importants dans lesquels il se savait à la hauteur de son ennemi. Cette somptueuse épée ancienne, qui jusqu'ici reposait dans son étau simple et sobre se montra enfin au grand jours. Il empoigna alors l'épée ancestrale, puis la pointa aussitôt sortie vers le vangaa tout en déclarant de sa voix habituelle :

- Les véritables chiens de l'empire sont ceux qui se déclarent être innocents et qui estiment que Vayne est une protection pacifique. J'avais vu juste, les traces de pas à Giza c'était vous. Et toute cette mise en scène laisse sous-entendre que vous nous recherchiez.

Visiblement vexé que son sarcasme n'est pas agi comme il l'aurait voulu sur la froideur du blond, le vangaa émit un petit rire supérieur, puis sortit lui aussi son arme qu'il pointa vers Elowan :

- Vous parlez sans rien savoir votre magnificence. Ne dois tu pas le respect à ceux qui ont trainés la famille Ondore dans la boue ? Mais il semblerait qu'il reste une tache sur mon œuvre d'art... je pensais avoir gracié tous ces résistants dégoutants, mais te voilà bien vivant … tu n'es donc pas mort avec ta vermine de mère dans cette fameuse guerre civil dont j'étais chargé d'attiser la flamme….

Un spasme enflammé traversa les entrailles d'Elowan. Sa mère était bien morte dans une guerre civile, mais il n'aurait jamais imaginé que celle-ci ai été provoqué par des sbires de Vayne.

- Vous êtes le responsable de tout ça ?

- Je n'ai rien à gagner en mâchant mes mots ….

Une expression nouvelle, noir et haineuse se dessina sur son visage, balayant d'une façon asses surprenante son air habituel, calme et posé. Il ne le connaissait pas, et pourtant il lui suffisait d'entendre ses paroles haineuses pour ce faire un avis arrêté. Ce qu'il venait d'entendre le mettait dans une colère peu habituelle. Alors c'était lui qui était la cause de la mort de sa mère ? C'était lui qui avait tout planifié ? Elowan ne voulait pas entendre d'explications vaines, il n'en avait rien à faire. Sa promesse se tenait devant lui. Il en sentait ses mains trembler de rage sur le fourreau de son épée, et pour la première fois ses vaines palpitante sous sa peau reflétait une certaine excitation de tuer, un désir de vengeance sans égal qu'il aurait préféré ne jamais connaitre. Il avait laissé sa conscience de coté et c'était vendu à sa haine ressortissante.

- Tais toi !

Le vangaa pour provoquer encore une fois Elowan lui ria au nez. Puis pointa du doigt l'arme d'Elowan :

- Lorsque tu seras mort comme tes défunts parents, j'arracherais Aisword de tes mains, et la brandirais fièrement en profitant de la luxueuse récompense que m'offrira Vayne pour ta mort …. je viendrais cracher sur la tombe des Ondore un verre du meilleur vin de Bhujerba à la main et je …

- ça suffit !

Elowan c'était jeté sur le vangaa, et balaya du tranchant de son arme un cercle circulaire destiné à trancher en deux l'ennemi. Mais celui-ci esquiva aisément, puis se montra du doigt d'un air fier :

- Je suis ton adversaire Ondore, pourquoi n'essaie tu pas de me toucher avec plus de sérieux ? Tu es pourtant le meilleur adversaire je crois ...

Il ricana de nouveau, un rire saccadé insupportable dont on ne pouvait ignorer la provocation. L'un des Seeq vint rejoindre le Vangaa armée, tandis que les deux autres, un Seeq trapu et un hume assez âgé s'avancèrent vers Elwing :

- Dit donc toi … tu ressemble pas mal à un môme qu'on traimballe depuis la belle ville… C'est intéressant …

Tandis que le seeq reculait, l'hume s'avança et claqua l'envers de son épée dans la paume de sa main, un sourcil levé. Elwing réagit aussitôt et se mit en position défensive afin de répondre à la provocation de l'hume, en l'occurrence ils avaient des informations sur Dyrin, et il était même possible que ceux-ci detiennent son frère. Deux combats corsés s'annoncèrent alors pour les deux voyageurs ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Une rencontre malvenue   Sam 8 Jan - 23:13

Encore une journée qui s'annonçait mal pour la jeune femme, tout d'abord elle apprend la nuit dernière que son frère ainsi que ses parents étaient détenus à Nalbina, puis le lendemain après avoir dormi dans une tente, celle-ci il se fait reveiller par un mioche qui ne cessait de geindre à cause de l'autre blond et maintenant les voilà repartis pour Jahara avant de faire demi-tour pour aller récupérer le petit Dyrin. Bref, cela n'empechaît pas à Elwing, malgré son inquiétude pour son frère de bien se sentir, car une fois qu'ils avaient quitté Giza, les plaines d'Ozmone s'offrait à eux. Et là rien ne pouvais décevoir la jeune femme, l'aimabilité des gens, puis ces plaines, magnifiques tout simplement. Plus loin, on pouvait apercvoir des moulins à vents, c'était un véritable spectacle pour la jeune femme qui ne connaissait que les bas fonds de la ville. Ce fut ce même sentiment de joie qu'elle ressentit lorsqu'elle était allée chez sa soeur."elle est allé à Bhujerba. Même si cela ne se voyait pas, un problème intéressant."Elwing était heureuse, et ce même si elle était accompagnée d'un noble qui gachait tout le plaisir. Mais l'eternelle repos ne dura pas, car peu de temps après avoir mis les pieds sur ce petit paradis calme et reposant, des ennuis s'avançaient déjà derrière les deux jeunes gens ...


Tiens tiens... mais qui est-ce ?


Un guguss et ses amis se sont ramenés qui sont-ils ? Après s'être retourné, deux seeqs un hume et un vangaas, rien que ça ? Et pourquoi ? Apparement, il connaisse Elowan, se dit Elwing.

- Ce visage et ses yeux... je connais cette face arrogante et souillée. Ma mémoire ne me trompe jamais .... tu es le fils de cette chienne de la résistance.

"face arrogante et souillée" ce vangaas à tout à fait raison, je l'aime bien. "cette chienne de résistance" de mieux en mieux, pensa Elwing.

- Les véritables chiens de l'empire sont ceux qui se déclarent être innocents et qui estiment que Vayne est une protection pacifique. J'avais vu juste, les traces de pas à Giza c'était vous. Et toute cette mise en scène laisse sous-entendre que vous nous recherchiez.

Alléluia mes frères, tu as deviné ça tout seul ? Au merci grand Elowan ! En tout cas, ils nous ont trouvé, tant pis pour eux...

-Vous parlez sans rien savoir votre magnificence. Ne dois tu pas le respect à ceux qui ont trainés la famille Ondore dans la boue ? Mais il semblerait qu'il reste une tache sur mon œuvre d'art... je pensais avoir gracié tous ces résistants dégoutants, mais te voilà bien vivant … tu n'es donc pas mort avec ta vermine de mère dans cette fameuse guerre civil dont j'étais chargé d'attiser la flamme….
Blabla... c'est quand que l'on se bat ? On s'en fiche de ces personnes, surtout avec vos histoires à deux gils ! Voulait crier Elwing à haute voix.

- Vous êtes le responsable de tout ça ?

- Je n'ai rien à gagner en mâchant mes mots ….

Ahh ? Alors bagarre ? Hum bagarre ? Oula ...! Le petit blond s'énèrve, ça sent bon tout ça !

- Tais toi !

- Lorsque tu seras mort comme tes défunts parents, j'arracherais Aisword de tes mains, et la brandirais fièrement en profitant de la luxueuse récompense que m'offrira Vayne pour ta mort …. je viendrais cracher sur la tombe des Ondore un verre du meilleur vin de Bhujerba à la main et je …

- ça suffit !

- Je suis ton adversaire Ondore, pourquoi n'essaie tu pas de me toucher avec plus de sérieux ? Tu es pourtant le meilleur adversaire je crois ...

Fiouuu j'en ai marre, hum. Tandis que la jeune femme rêvassait, un hume s'approcha d'elle lui disant :

-Dit donc toi ... tu ressembles pas mal à un môme qu'on trimballe depuis la belle ville... C'est intéressant.

Hein ? Quoi ? Dyrin est avec ces ploucs ?

-à qui le dis-tu ? ça m'empêchera d'aller dans ce trou à Nalbina, vous me l'amenez sur un plateau je ne peux que vous remerciez de ma façon et bien sûr. Vous avez ramené vos économies j'espère ? Plus sérieusement, vous êtes mort ! Jamais vous n'auriez du toucher à mon petit frère , de plus, je ne supporterais pas que des minables dans vôtre genre touche à Ma victime, je vais m'occuper de toi, viens donc !

Dit d'un coup Elwing à l'hume qui commençait à rougir de colère. La voleuse, sans vraiment de délicatesse, ni de gentillesse avait défendu "sa victime", Elowan, bien qu'elle ne pouvait le supporter.

-Bien, je vais te régler ton compte !

La jeune femme sortit ses coutelas et attendit que l'hume s'approche. L'épée à la main, celui-ci fonçat tête baissée déjà pret à attaquer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elowan Elfée Ondore

avatar

Masculin Nombre de messages : 14
Age : 24
Localisation : Plaine d'Ozmone
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Une rencontre malvenue   Mer 19 Jan - 20:38

Un coup de massue puissant happa Elowan, le ramenant à son combat. Il para avec son épée, qui malgré la force du coup ne céda pas, c'est généralement ce qu'espérait un combattant d'une arme aussi ancienne. Puis des tintements d'armes qui se heurtent retentirent, chaque tentatives d'Elowan pour briser la défense ennemie se montrèrent vaines, et pour la première fois depuis longtemps, il dut avouer que le Vangaa possédait toutes les qualités d'un guerrier avéré. De plus, la massue était une arme très lourde, et très difficile à manier, ce qui témoignait de façon évidente de sa force et d'un entrainement au combat très intense, en d'autres mots, il n'était le chef de cette maudite unité pour rien … ce qui décida Elowan de prendre le combat avec un peu plus de sérieux, même si pour le moment l'utilisation d'airsword se montrait excessive, il devait tuer le vangaa sans utiliser de magie. Les Vangaas étaient connus pour leurs qualités d'endurance, ses muscles puissants qui le propulsait à une vitesse non humaine augmentant la puissance et la portée de ses coups, le corps entrainé d'Elowan finit par céder à la fatigue. Bientôt, de mauvaises esquives finirent par le mettre en danger, mais les blessures même les plus petites furent vite guéries par un soin certes sommaire mais néanmoins indispensable, ce qui aida énormément Elowan et égalisa les forces.

Le combat dura longtemps et les meilleurs techniques des combattants respectifs s'enchainèrent. Bientôt une large blessure taillada l'épaule puissante du vangaa, et celui-ci dut réduire sa mobilité en n'utilisant qu'une seule main pour manier son arme. Elowan prit la main, et décida de faire profit de ce handicap, les vangaas étaient peu être forts, mais leurs jambes fines, puissantes et musculeuses constituaient toute leur rapidité et leur habilité. C'était là, à cet endroit précis qu'Elowan devait viser maintenant que le vangaa était affaibli, c'était l'occasion ou jamais. Il se mit devant lui, subit une attaque, para, puis se glissa habillement derrière le vangaa surprit par la manœuvre, et dans une dernière attaque, trancha les jambes du vangaa qui hurla de douleur avant de tomber sur le sol, les jambes mutilées dans une flaque de sang de couleur sombre. Les deux Seeqs qui étaient en retrait restèrent sans voix, immobiles aux abords du champ de bataille, comme des spectateurs attentifs. Tel un automatisme, Elowan guérit ses dernières blessures, puis fut interpelé par les tintements de métal à coté de lui. Elwing se battait aussi, et il ne le remarquait que maintenant ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Une rencontre malvenue   Lun 14 Mar - 22:46

Ne se préocupant plus de sa Victime mais de l'hume qui venait de la provoquer, Elwing sortit deux des ses petits coutelas et se mit en position de combat. L'hume sortit une épee...

*Un épéiste, un combat en corps à corps comme je les aiment* se dit la jeune femme.

Dans un premier temps, le combat semblait gagner d'avance pour la voleuse. L'hume semblait attaquer toujours de front et tête baissé, en ésquivant succésivement ses attaques mal dosées et un peu lentes pour la voleuse rapide de nature. D'ailleurs celle-çi remarqua un détail qui la déstabilisait, ou qui pouvait lui faire perdre ce combat : aucunes failles, pas même une faiblesse. La jeune femme avait toujours pris l'habitude de laisser l'adversaire commencer en premier pour ensuite analyser sa manière de combattre. Celle de son adversaire était en apparence ridicule et digne d'un amateur, cependant, la jeune femme voulant en finir vite avec ce combat et se retrouva vite piéger par l'hume, qui s’avérait beaucoup plus puissant que prévu. Elle se retrouva alors à devoir ésquiver les coups sans pouvoir contre-attaquer.

*Comment un idiot pareil peut-il si bien se défendre, le pire c'est que je suis sûre qu'il n'en n'a même pas conscience...*

Le corps à corps ne semblait pas le plus approprié dans ce cas là, Elwing réflichit un moment et recula en faisant des grands pas, peut être qu'avec le recul celle-ci pourrait percevoir la faiblesse de son adversaire ? Elle lança un de ses coutelas pour voir la réaction de l'hume, celui-ci écarta d'une traite le couteau avec son épée, puis tout de suite après la jeune fille tanta d'analyser sa vitesse de protection. Elle lança le deuxieme coutelas aussitôt. Malheureusement pour elle, l'hume ne semblait pas si amateur que ça ...

* il cachait bien son petit jeu derriere sa tête d'abruti ... je suis mal..*

Elwing le prit enfin au sérieux. Changement dans le regard, comme un renouveau brutal, elle n'avait plus peur de se blesser et tout ce qui comptait à présent pour elle était de tuer cet homme... Elowan ne remarqua qu'à cet instant que la jeune femme aussi se battait. Celle-ci fonça sur l'hume sans armes rien qu'avec son agilité et sa force elle pourrait essayer de le vaincre, car malgré sa vitesse de défence à distance elle n'avait pas encore été rapide, là c'était du sérieux... Très vite elle se retrouva devant l'hume dont les yeux équarquillaient de surprise, elle lui adressa un coup de coude dans le ventre avant de s'inflitrer derrière lui en donnant un violent coup de pied derriere les genoux pour l'obliger à tomber au sol. Emportée par sa vitesse, Elwing saisissa l'épee de l'hume qui l'avait laché lors de son coup au ventre, afin de lui mettre sous la gorge... Le combat semblait être terminé.

Soudainement, l'hume sortit un couteau d'une poche situer au niveau du tibia, se retourna et blessa Elwing à la jambe, pour ensuite se relever et reprendre le dessus. La jambe gauche en sang, Elwing se retrouva accroupie, souffrant d'une douleure atroce. C'est à ce moment même que tout allait se jouer. Elwing ayant garder l'épee et l'hume prêt à lui assener le coup final, la victoire allait se jouer sur une seule attaque. Malgré sa jambe bléssée Elwing se releva subitement, ayant été pris par surprise, l'hume se précipita sur Elwing afin d'en finir. Cependant la jeune femme ésquiva de justece le coup. En réponse, Elwing ne rata pas son adversaire et le transpersa de sa propre épee au niveau du ventre. L'hume s'écroula sans mot dire, tandis que Elwing allait rejoindre son frère et allait assiter au combat d'Elowan qui lui s'était confronté au boss de la bande...



Dernière édition par Elwing le Sam 17 Sep - 22:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dyrin

avatar

Masculin Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 19/07/2011

MessageSujet: Re: Une rencontre malvenue   Mer 24 Aoû - 5:58

Après s'être fait amené à la forteresse de Nalbina, Dyrin se sentait coupable de ne pas avoir prévue le coup comme il le fait à ses habitudes, en effet, le petit frère de la voleuse arrogante était en quelque sorte l'informateur de toute la basse-ville, mais avant l'informateur de sa grande soeur. 3jours passa et Dyrin n'oublia toujours pas jusqu'à ce qu'un groupe de malfrat, composé d'un Vangaa (apparemment le chef du groupe), d'un hume et de deux seeqs, viennent "délivrer" l'enfant... En réalité ce groupe allait juste l'utiliser comme appât, en effet, Dyrin s'en rendit compte lorsqu'il demanda, après être sorti de la forteresse:

-Où m'emmenez vous ?
Le vangaa lui répondit:

-Rendre une petite visite à ce chien de la Résistance et à la blondinette qui l'accompagne.

-Qu'est-ce que j'ai avoir avec ça ?

Le vangaa se mit à sourire et répondit à nouveau:

-Vous avait étrangement la même tronche toi et la blondinette... Tu pige ? Le sourire du vangaa s'élargit. Pourquoi on aurait fait une descente à la puante basse-ville à ton avis ?

Et Dyrin comprit d'un coup, Elwing en avait fait vraiment beaucoup ces derniers temps et apparemment selon sa mère, un homme était avec elle l'autre fois qu'elle était revenue au bercail. Leur proie était donc sa soeur ? Ou bien cet homme, ce "chien de la Résistance"?
Mais Dyrin ne s'en faisait pas pour autant, sa soeur allait leur botter les fesses et leur piqués même leurs vêtements juste pour les humilier... Sa soeur allait dans des excès parfois...
Puis le voyage se fit dans le silence... Dyrin était lié aux mains et tenu à l'aide la même corde qui lui serait les mains par un seeq pas très malin...mais de force supérieure à l'enfant. Ayant eu des informations sur les deux recherchés, à Rabanastre, Dyrin eut le temps quant à lui de réfléchir et de mémoriser les visages qui avaient balancé le lieu où se trouvait sa soeur...

Une fois arrivée au village de Giza, il n'y avait personne, pas l'ombre d'un brin de cheveux blond... Le vangaa pourtant sûr de ses informations, alla voir la doyenne du village et lui obligea à les prévenir lorsque les deux fugitifs seront au village, car il en était certain, il allait faire une halte dans ce village... Ainsi il rebroussa chemin pour revenir le lendemain.

Dyrin était un peu fatigué de ces allés-retour n'étant pas habitué aux voyages... Cette fois-ci de retour au village de Giza, la doyenne se précipita d'aller voir le vangaa et lui transmettre la route qu'avaient pris les deux recherchés... La récompensant avec quelques gils, le vangaa et sa bande quitta le village.

Direction les plaines d'Ozmone. Dyrin allait revoir sa chère soeur... Cependant, le chien de la Résistance serait là aussi ... Dyrin se demandait vraiment ce que sa grande soeur faisait avec ce gugusse...mais Dyrin allait être encore plus surprit quand il verra que ce "chien" est un noble... Même caché derrière le seeq et l'hume et le vangaa qui était devant à papoter avec sa proie, Dyrin entendit que la voix de cette proie n'était pas celle d'un simple citadin, le vocabulaire employé n'était pas courant, mais soutenu:


- Les véritables chiens de l'empire sont ceux qui se déclarent être innocents et qui estiment que Vayne est une protection pacifique. J'avais vu juste, les traces de pas à Giza c'était vous. Et toute cette mise en scène laisse sous-entendre que vous nous recherchiez.

Suite au blabla avec le vangaa dont Dyrin en tirait juste une information: la mort de la mère du noble, une voix féminine surgit:

-À qui le dis-tu ? ça m'empêchera d'aller dans ce trou à Nalbina. Vous me l'amenez sur un plateau je ne peux que vous remerciez à ma façon et bien sûr vous avez ramené vos économies j'espère ? Plus sérieusement, vous êtes mort ! Jamais vous n'auriez pas dû toucher à mon petit frère , de plus, je ne supporterais pas que des minables dans votre genre touche à Ma victime, je vais m'occuper de toi, viens donc !

Vocabulaire vulgaire et voix agressive, aucun doute, il s'agissait bien de sa grande sœur... *Ah Elwing et l'art de l'éloquence * pensait Dyrin un peu désespéré mais heureux de ré-entendre ce langage qui lui était propre. Mais Dyrin comprenait mieux pourquoi Elwing se baladait avec ce blond c'était sa victime... Sa soeur était sûrement tombée sur un os drôlement riche pour qu'elle continue à essayer de le voler... Et bien sûr cet os est contre le régime de Vayne, de quoi s'attirer beaucoup d'ennuis

*Ah Elwing tu a l'art de t'attirer des ennuis* pensait une nouvelle fois Dyrin.

Cependant, sa vision était toujours cachée par de grosses fesses du deuxième seeq qui lui gâchait tout le spectacle. Dyrin gigota un peu et le seeq pas très malin qui le tenait pensait que le petit tentait de s'échapper, mais il se rendit vite compte que l'enfant voulait juste voir la scène. Ainsi il lui dit d'un air bêta:

-Ahh tu veux voir ta sœur se faire tuer par l'un des meilleurs épéiste hume ? Ben regarde héhéhé

*Stupide bête* pensait Dyrin...
Suite à la victoire d'Elwing, malgré ses blessures, reprit un de ses coutelas et le lança pour délivrer son petit frère. Ce dernier s'empressa de se "débarrasser" d'abord de celui qui le tenait depuis le début. Dyrin gardait toujours ses petites créations sur lui. Il sortit une petite bombe et la jeta sur le seeq celle-ci dégagea une odeur nauséabonde et insupportable une fois balancée, le seeq ne perdit pas instant pour déguerpir en ce qui concerne le deuxième aussi stupide que le premier était allé "chercher des renforts"...

Le vangaa en plein combat avec le noble, se retourna et remarqua qu'il ne restait plus personne d'autre que lui...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elowan Elfée Ondore

avatar

Masculin Nombre de messages : 14
Age : 24
Localisation : Plaine d'Ozmone
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Une rencontre malvenue   Mar 13 Sep - 15:40

Apparemment, Elwing venait tout juste de libérer son frère de ses dé-traqueurs. Quoi ? Elowan, manquait d'intention ? En tout cas, c'est une main puissante qui venait de le saisir à la cheville qui le rappela aussitôt à l'ordre. Bien que le vangaa était mutilé et affaibli, une lueur haineuse et morbide brulait au fond de sont regard. Il n'allait pas lâcher, du moins, pas encore et ce bien que la souffrance d'une mort imminente battait dans tous son corps par des spasmes violents. Sur le moment, Elowan se figea, cela c'était passé tellement vite qu'il n'eut pas le temps d'esquiver une puissante attaque à la jambe. Certes, il n'avait plus sa hache de guerre, mais il lui restait une chose qui s'avérait être une arme tout aussi redoutable : ses canines acérés. Les crocs pointus du vangaa incisèrent la peau, pénétrèrent la chaire, puis firent perler de ses même trous de long filets de sang qui vinrent imbiber le tissu de coton blanc. L'héritier grinça des dents, grimaça mais n'émit aucuns sons. Sur le moment, il faillit lâcher Airsword, mais réussit à la maintenir dans la paume de sa main dans un élan de lucidité. La douleur l'avait transcendé et durant un court instant, il avait perdu le sens de la réalité. Mais il y était presque, et ce n'était pas un crocodile mutilé qui allait se mettre en travers de son chemin. Nerveusement, il leva son épée dans les airs, puis la seconde d'après, l'avait abattue sur le sommet du crane du chef de groupe ( ou du moins, ce qu'il en restait ). Sur le coup, le vangaa crispa sa mâchoire sur sa prise, mais de toute évidence, il était mort et cela ne se rapportait qu'à quelques secondes. Après quoi, ses dents desserrèrent leur emprise, puis sa tête tomba dans un bruit mat sur le sol. Il ne pouvait pas être plus mort.

Elowan avait délibérément laissé Airsword dans son socle sanglant. Il avait tué l'exécuteur, mais il n'était pas fautif directe de la tuerie dont avaient été victime sa mère. Son combat ne s'arrêtait pas la, bien que son fardeau était en partie allégé. Puis ça ne servait à rien de s'exciter sur sa carcasse inerte. Après avoir récupéré son arme du crane de l'ennemi, il se tourna vers Elwing et Dyrin, qui étaient enfin réunis, puis dit, comme si de rien n'était :

- Et bien voilà un autre petit voleur, les effectifs se gâtent décidément, dois-je faire plus attention à ma bourse maintenant ? Ironisa t-il alors que la situation dans laquelle il se trouvait ne lui permettait pas vraiment de faire de l'humour.

Il rangea son arme dans son fourreau, puis sans rien ajouter, il se dirigea lentement vers une parois rocheuse sur laquelle il s'appuya en grinçant des dents, tout en pressant de sa main le haut de sa jambe. La magie est épuisante à l'utilisation et avait plus ou moins drainé son énergie. Le combat avait été rapide, mais musclé. Ceci dit, il y avait déjà plus douloureux et plus sanglant, ou du moins, il avait vécu pire. Ce n'était pas une petite morsure ( petite ? ) de rien du tout qui allait le tuer. Machinalement, il porta sa main au dessus de la peau ravagée, une orbe bleu et apaisante apparue en dansant et répara en partie les tissus les plus abimés. Le reste, la coagulation s'en chargera, même si cela prendra du temps. Machinalement, il attrapa la grande cape sombre qui lui couvrait toute une partie de son corps, puis en arracha une longue bande de tissu, assez longue et épaisse pour pouvoir se faire un pansement de bonne fortune. Voilà, une fois fait, il se retourna vers la petite fratrie.

- Les deux autres ont déguerpis, profitons en pour avancer vers le village avant que les renforts nous rattrapent.

En effet, s'ils étaient repérés maintenant, ce n'était pas deux ou trois glandus qu'ils verraient se présenter à eux, mais surement des gardes, voir des émissaires bien plus puissants de Vayne. C'était pour le moment trop risqué de se faire suivre alors que jusqu'à présent ils avaient eut la chance de voyager en paix, puis ils étaient tous plus ou moins blessés, ce qui était un handicape. Enfin tous, à l'exception du frère de la voleuse, Dyrin, qui ne portait aucunes blessures grave. Elowan adressa alors un signe de la main à Elwing pour attirer son attention.

- Je peux soigner les blessures les plus grave, mais on doit faire vite.

Il ne pouvait plus faire de soins intensifs, les soins à profusions qu'il avait prodigué tout au long de son combat avait drainé son énergie, surement plus qu'il ne le pensait et la puissance du sort se limitait à une réparation assez sommaire des dégâts. Néanmoins, il avait réussit à économiser le sort qu'il avait exécuté sur sa jambe pour pouvoir en prodiguer d'autres au cas ou. Il tendis alors sa main vers Elwing, attendant qu'elle lui dise précisément ou agir. Il ne fallait pas perdre de temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre malvenue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre malvenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy XII :: Le Monde de Final Fantasy XII :: Continent de Kerwon :: Plaine d'Ozmone-
Sauter vers: